Les chiffres de l'Ecologie Industrielle et Territoriale en France
Mise en perspective des chiffres autour des démarches d'EIT

Définition : Qu’est-ce que l’écologie industrielle et territoriale (EIT) ?


L’écologie industrielle et territoriale est issue de deux concepts scientifiques :  l’écologie industrielle et l’écologie territoriale. Les démarches d’EIT traduisent sur le terrain ces deux approches, à l’échelle des industries du territoire. Elles mobilisent les acteurs territoriaux en faveur de la transition écologique, par la mise en commun volontaire de ressources, en vue de réduire la pression sur celles-ci, de faciliter leur réemploi et réutilisation et d’en améliorer la productivité.

white smoke coming out from building


La mise en place de projets d’écologie industrielle et territoriale permet de boucler les flux (eau, matériaux de construction, biomasse, combustibles, métaux, déchets) pour que les déchets des uns deviennent les ressources des autres.



L’EIT permet la création de synergies entre entités, qui se déclinent en deux types :

  • Les synergies de substitution : elles reposent sur la valorisation et l’échange de matières premières et de flux d’énergie entre acteurs du territoire

  • Les synergies de mutualisation : elles consistent à mettre en commun et à partager des approvisionnements, des services (gestion collective des déchets, plans de déplacements interentreprises, etc.) et l’utilisation d’équipements (réseaux de chaleur, outils ou espaces de production, etc.) ou de ressources (mutualisation des emplois etc.)


Comment l’écologie industrielle et territoriale est-elle déployée en France ?


Le nombre de démarches d’écologie industrielle et territoriale en France

Au début des années 2000, on comptait, en France, moins de dix démarches d’écologie industrielle et territoriale. 20 ans après, en 2020, le réseau national des acteurs de l’écologie industrielle et territoriale (Synapse) a comptabilisé 152 démarches actives d’EIT, les deux tiers ayant été lancées au cours des trois dernières années.


Aujourd’hui, au moins une démarche d’EIT est déployée dans chaque région française. La région Grand Est est la région la plus dynamique avec un total de 19 démarches actives. Le département de l’Oise recense le plus de démarches (7), suivi de la Vendée et des Bouches-du-Rhône (6). Seulement 24 départements, sur un total de 101 départements français, ne comptent encore aucune démarche d’écologie industrielle et territoriale.


Les démarches d’EIT ont été déployées sur plusieurs types de zones géographiques différentes  (des zones d’activités, des zones urbaines, des zones d’agglomérations, des parcs naturels régionaux…) et ont des niveaux d’avancements et de maturité différents. 


Afin de garantir l’avancement et le développement des démarches, les institutions publiques, en particulier de les Conseils Régionaux et Directions Régionales de l’ADEME, soutiennent fortement leur mise en œuvre.


Le niveau de maturité des démarches d’écologie industrielle et territoriale en France


Les démarches d’écologie industrielle et territoriale nécessitent de disposer de temps relativement long pour leur processus de développement. Elles ont besoin de plusieurs années pour devenir matures et pérennes.

Quatre niveaux de maturité sont identifiés pour les démarches d’EIT :

Niveau 1 : Initier (12 - 24 mois)
Niveau 2 : Lancer (8 - 18 mois)
Niveau 3 : Consolider  (12 - 24 mois)
Niveau 4 : Pérenniser  (12 - 24 mois)

L’écologie industrielle et territoriale connaîssant un essor très important ces dernières années, la majorité des démarches développées en France aujourd’hui se situent aux niveaux 1 et 2 de maturité pour l’instant.

Exemple de répartition de niveaux de maturité de 64 démarches françaises recensées et analysées en 2019 :


Source : Publication d’ORÉE et de l’Ademe “Etat des lieux de l'écologie industrielle et territoriale en France” - Données provenant du réseau ELIPSE

L’objectif long terme de toutes démarches d’écologie industrielle et territoriale est de se pérenniser, afin de participer efficacement à la transition écologique des territoires.

Cela se traduit obligatoirement par leurs intégrations dans les stratégies de développement et de fonctionnement des collectivités, des industriels et des entreprises.


3 conditions permettent aux démarches d’EIT de s’inscrire dans la durabilité et la stabilité :

  • La mise en place continue de coopérations et d’échanges, grâce à une gouvernance partagée

  • La capacité de financer l’animation des démarches et de la mise en oeuvre des synergies

  • La diversité des activités mises en place qui vont engendrer plusieurs types de bénéfices : environnementaux, sociaux et économiques



Les chiffres de l’écologie industrielle et territoriale en 2020

Le référentiel de performance des démarches d’écologie industrielle et territoriale, ELIPSE, a été lancé en 2017. C’est un outil conçu pour conduire une auto-évaluation collective des démarches d’EIT initiées sur tout type de territoire.


L’analyse de 64 initiatives du terrain à l’échelle nationale, entre 2017 et 2020, a permis de mettre en lumière des chiffres clés, de dégager les grandes tendances et de formaliser les impacts économiques, sociaux et environnementaux de l’EIT.

Les résultats chiffrés sont classés selon les 3 piliers de la pérennité d’une démarche d’EIT : la gouvernance, le modèle économique et les résultats.


La gouvernance de l'EIT : les chiffres clés

Cet indicateur correspond à la gouvernance des démarches d’écologie industrielle et territoriale, c’est-à-dire l’animation des projets et les acteurs impliqués.

  • 93% des démarches bénéficient du soutien nécessaire à un bon ancrage local. Soutien qui provient soit d’un acteur local (élu, chef d’entreprise…) convaincu par la démarche ou d’une initiative portée directement par un représentant élu du territoire.


  • 75% des démarches analysées estiment être portées et animées par une structure locale pérenne. Les principales structures porteuses sont les collectivités (22%), les associations (16%) et les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) (13%).


  • Plus de 50% des démarches sont portées par un coordinateur travaillant à temps plein, ¼ ont plus qu’une personne à temps plein et le dernier quart n'a pas de coordinateur à temps plein pour porter la démarche.


Le modèle économique de l'EIT : les chiffres clés

La définition d’un modèle économique viable sur le long terme est un indicateur très important pour l’avenir et la pérennité des démarches d’écologie industrielle et territoriale.

  • 21% des démarches d’écologie industrielle et territoriale ont défini un modèle économique viable

  • 26% ont prévu d’en définir un à court terme (<12 mois) et 34% ont prévu d’en définir un à long terme (>12 mois)

  • 19% n’ont pas prévu de définir de modèle économique pour la démarche


  • En ce qui concerne les financements des projets d’EIT, 92% du budget total provient de fonds publics et 8% de fonds privés.


Les résultats de l'EIT : les chiffres clés

Cet indicateur prend en compte les résultats environnementaux, sociaux et économiques des démarches d’écologie industrielle et territoriale. Ceux-ci sont fortement liés au niveau de maturité des démarches. Plus elles sont mises en œuvre depuis longtemps, plus elles génèrent d’innovations, de synergies et d' opportunités.

Pour cette étude, 75% des démarches analysées sont de niveau de maturité 1 et 2. 


  • 50% des répondants ont pu bénéficier de nouveaux clients grâce à des services mutualisés, des synergies créées et de nouveaux marchés qui se sont développés. 


  • 22% des démarches ont développé de nouveaux produits en travaillant par exemple sur la création de produits bio-sourcés ou de produits fabriqués à partir de matières réemployées.


  • 67% des démarches déclarent avoir attiré des entreprises sur le territoire.


  • 82% des répondants ont réussi à créer ou maintenir des emplois sur le territoire grâce à leur démarche d’EIT (Chiffre à prendre avec attention, car peu de démarches ont pu répondre à cette question.)


  • Les démarches d’EIT génèrent en moyenne 4,7 synergies par démarches, toute catégorie de maturité confondue. Très logiquement, le nombre de synergies augmente avec la maturité et l’ancienneté des démarches.


  • Le nombre moyen de synergies de substitution s’élève à 3 par démarche avec 72% de synergies de substitution matières (réemploi de sacs, palettes, chutes de bois et tissu) et 18% de synergies de substitution matières d’énergie (récupération de chaleur).


  • On recense 3,84 synergies de mutualisation par démarche, par exemple la collecte mutualisée de déchets, la mutualisation logistique, les achats mutualisés de consommables ou d’électricité.


  • Les démarches d’EIT génèrent pour les acteurs au minimum 400€ de bénéfices économiques par an, jusqu’à 400 000€ pour les plus matures. La moyenne s’élève à 46 138€ par démarche et par an.


  • 58% du montant total des économies proviennent des synergies de mutualisation.



A la recherche de stocks dormants ?

Inscrivez vous à notre liste de diffusion, et profitez dès demain des produits et matières dont disposent les entreprises voisines.


Ces chiffres de l’écologie industrielle et territoriale en France vont beaucoup évoluer et s’affiner dans les années à venir, avec l’augmentation du nombre de démarches, l’accroissement de leur maturité, le développement des investissements et des accompagnements. Acteur majeur de l’écologie industrielle et territoriale, Au Marché Circulaire vous informe chaque mois sur les chiffres et actualités de l’EIT : n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter mensuelle et suivre nos actions sur notre page Linkedin !



L'écologie industrielle et territoriale (EIT), un atout pour les territoires
Apprenez en + sur ce pilier de l'Economie Circulaire